Addiction

L'addiction ou la dépendance est, au sens phénoménologique, une conduite qui repose sur une envie répétée et irrépressible, en dépit de la motivation et des efforts du sujet pour s'y soustraire.



Catégories :

Théorie et physiopathologie des addictions

Addiction
CIM-10 : F1x. 2 (Dépendance à la drogue)

L'addiction ou la dépendance est , au sens phénoménologique, une conduite qui repose sur une envie répétée et irrépressible, en dépit de la motivation et des efforts du sujet pour s'y soustraire. Le sujet se livre à son addiction (par exemple : utilisation d'une drogue, ou participation à un jeu d'argent), malgré la conscience aiguë qu'il a - le plus fréquemment - d'abus et de perte de sa liberté d'action, ou de leur éventualité.

Cet anglicisme est au sens courant, fréquemment synonyme de toxicomanie[1] et sert à désigner tout attachement nocif à une substance ou à une activité. On notera que le terme d'assuétude, qui quoique peu usité, a un sens identique sans cependant être aussi négatif (assuétude au chocolat mais dépendance à la cocaïne) complète la panoplie des termes Français évitant l'usage de cet anglicisme à l'orthographe peu commune.

Les problèmes génèrés par une addiction peuvent être d'ordre physique, psychologique, relationnel, familial, et social. La dégradation progressive et continue à tous ces niveaux rend fréquemment le retour à une vie libre de plus en plus problématique.

En psychanalyse, le terme d'addiction est utilisé de manière plus large étant donné qu'il relève plus d'une attitude intrapsychique, d'un mécanisme, plutôt que des moyens pour y satisfaire. Des mécanismes parallèles peuvent intervenir dans les déterminants comme celui d'une anorexie mentale.

L'addiction se rapporte tout autant à des conduites telles que le jeu compulsif, la dépendance au jeu vidéo à Internet ainsi qu'aux jeux de rôle[2] en ligne, les conduites à risques ou la pratique d'exercices sportifs inadaptés entraînant un syndrome de surentraînement qu'à la dépendance à des produits comme l'alcool, le tabac ou les psychotropes.

Étymologie et introduction du terme en psychopathologie

Le terme addiction est d'étymologie latine, ad-dicere «dire à». Dans la civilisation romaine, les esclaves n'avaient pas de nom propre et étaient dits à leur Pater familias. L'addiction exprime une absence d'indépendance et de liberté, un esclavage.

Être addicté était au Moyen Âge une obligation d'un débiteur qui ne pouvait rembourser sa dette autrement à payer son créancier par son travail suite à une ordonnance d'un tribunal.
Par la suite, dans la langue anglaise, dès le XIVe siècle, addiction a pu désigner la relation contractuelle de soumission d'un apprenti à son maître, puis se rapprocher progressivement du sens moderne, en désignant des passions nourries et moralement répréhensibles.
Toujours en langue anglaise, le mot addiction est complètement intégré dans le langage populaire pour désigner l'ensemble des passions dévorantes et les dépendances par exemple : c'est un sex-addict. C'est cette popularité du terme chez les anglo-saxons qui explique son ambiguïté : les psychiatres anglophones hésitent fréquemment à l'utiliser (il a été retiré du DSM-IV, au profit du terme de «dépendance»).

C'est Sigmund Freud qui le premier a utilisé le terme en illustrant un «besoin primitif» (lettres à Wilhelm Fliess) qui est membre de la condition de tout être humain : l'infans est dépendant de sa mère pour sa survie. C'est de cet état essentiel qui aurait mal évolué que dériveraient les «addictions».

Karl Abraham en 1908, Sandor Rado en 1933, Otto Fenichel en 1945 et Herbert Rosenfeld en 1968 sont des psychanalystes qui ont contribué à enrichir la définition du terme en l'approfondissant. Il s'agissait pour eux d'en analyser les mécanismes inconscients, pulsionnels, régressifs et autres du point de vue théorique et clinique.

La notion de dépendance

La dépendance est un état pathologique où l'organisme est incapable de fonctionner physiologiquement en dehors de la consommation de la substance responsable. Le sevrage est un syndrôme apparaissant chez un dépendant quand il ne peux consommer la dite substance. Le terme dépendance ne doit pas être confondu avec le terme addiction.

La dépendance est un des facteurs permettant de évaluer la dangerosité des produits psychoactifs. Elle s'estime par l'énergie dépensée pour parvenir à l'abstinence et par les efforts déployés pour se procurer le produit.

Article détaillé : Classification des psychotropes.

Elle fluctue selon deux facteurs importants : les propriétés du produit (propriétés pharmacologiques de sensibilisation et d'accoutumance, mode de consommation, concentration, etc. ) et la prédisposition de l'usager (personnalité, antécédent d'usage, trajectoire personnelle, etc. ) [3].

Définition donnée par l'OMS

En 1975, l'Organisation mondiale de la santé définit la toxicomanie comme :

«Un état psychique et quelquefois physique, résultant de l'interaction entre un organisme vivant et un produit, caractérisé par des réponses comportementales ou autres qui comportent toujours une compulsion à prendre le produit de façon régulière ou périodique pour ressentir ses effets psychiques et quelquefois éviter l'inconfort de son absence (sevrage). La tolérance peut être présente ou non.»

La dépendance selon le DSM-IV

Le DSM-IV présente l'addiction comme un mode d'utilisation inapproprié d'un produit entraînant des signes physiques et psychiques. Elle se manifeste par la naissance d'au moins trois des signes ci-après sur une période d'un an.

Tolérance et sevrage forment la dépendance physique, et ne recouvrent que deux critères sur 7. Il est par conséquent envisageable d'être dépendant au sens du DSM sans avoir développé de tolérance physique.

La dépendance selon le CIM-10

Le CIM-10 présente la toxicomanie comme la manifestation d'au moins trois des signes ci-après sur une période d'un an et ayant persisté au moins un mois ou étant survenus de manière répétée.

Types de dépendance

On peut distinguer deux types de dépendance[1] :

Mécanisme

Longtemps reconnus comme un trait de caractère marqué par l'absence de volonté, les mécanismes psychiques de l'addiction sont désormais mieux connus et on commence à distinguer de mieux en mieux les centres du cerveau impliqués par la dépendance même si ces recherches restent particulièrement complexes à interpréter.

Le schéma tiré du béhaviorisme met de son côté en évidence le dysfonctionnement du dispositif de récompense qui serait le pivot des phénomènes de dépendance.

L'interprétation psychanalytique repose sur la question de développements ontogénétiques relatifs à la satisfaction des besoins (faim, amour, etc. ) ainsi qu'à leur intrication avec la pulsion sexuelle (libido) et la destructivité. Freud dans la seconde topique a tenté d'élucider la compulsion de répétition comme une manifestation de la pulsion de mort. Ses successeurs ont repris ces théories sous l'angle des relations d'objet (L'Absence de Pierre Fédida) ou l'ordalie comme mécanisme inconscient à la base du jeu entre vie et mort.

Les données issues d'études familiales, de jumeaux ou encore d'adoption montrent une héritabilité significative des la totalité des addictions, variant de 30% à 60% selon les travaux. Les gènes exactement en cause, leur rôle et leur nombre restent cependant à déterminer. Ces facteurs génétiques interagissent avec de nombreux facteurs environnementaux dans le déterminisme des addictions.

De nombreuses théories psychiques, neurologiques et biologiques tentent d'expliquer les mécanismes de l'addiction et celui des dépendances.

L'explication simple du cycle défini par la régulation d'endorphines internes et externes est insuffisante et dépassée. Toutes les études sont en faveur d'un rôle central de la Dopamine, au sein de la voie mésolimbique. Cependant, ces mécanismes sont susceptibles d'être modulés par de nombreux autres.

Traitements des addictions

Le traitement vise en premier lieu l'abstinence pour le toxicomane, grâce à un sevrage obtenu par différents moyens, avec ou sans traitement de substitution, en milieu hospitalier ou ambulatoire, avec ou sans soutien d'une psychothérapie. Ces modalités concernent principalement les personnes dépendantes aux opiacés jusqu'aux années 1980, où la politique change pour la totalité des traitements.

La naissance du SIDA et l'obligation de lutter contre sa propagation entraînent le traitement des héroïnomanes dans le champ médical des épidémies. Les traitements de substitution par la méthadone prennent le pas sur toute autre forme de thérapie. On commence à parler de politique de réduction des risques en privilégiant une approche sanitaire par surtout la distribution des seringues, l'élargissement des indications de substitution avec la méthadone, ou alors de la distribution contrôlée d'héroïne dans certains pays (Suisse, Angleterre, Canada) avec mise à disposition de locaux d'injection encadrés par du personnel paramédical.

Jusqu'à la naissance et la reconnaissance de l'importance du SIDA et de sa propagation par le partage de matériels d'injection, les traitements de la toxicomanie furent l'objet de nombreuses controverses.

La naissance du SIDA va faciliter la mise en place de méthodes visant à limiter la transmission du virus, reléguant au second plan la question et la signification psychologique et sociale de la toxicomanie.

C'est aussi depuis cette époque qu'on parle plus de dépendance et que cette catégorie couvre à toutes formes de conduites et/ou d'abus. Certains pensent que cette extension présente l'inconvénient de jeter le trouble sur la question du point de vue psychopathologique et qu'il n'est pas évident d'établir le lien entre les «besoins» d'un addict aux jeux vidéos ou à internet, et un cocaïnomane ou un alcoolique. Ces deux approches sont à l'origine d'une controverse quelquefois virulente.

La plupart des pays ont établi une planification des soins fréquemment en particulier basés sur des mesures législatives plus ou moins répressives et des grandes campagnes d'information et de prévention. En France, c'est la Mildt qui prépare les plans gouvernementaux de lutte contre les drogues et veille à leur application, sous l'autorité du Premier Ministre[4].

Critères d'addiction

Ils sont nombreux et fluctuent tout autant que les points de vue et références théoriques qui les sous-tendent. Mais la majorité d'entre eux sont construit sur le modèle dit «Bio-Psycho-Social» qui renvoie aux aspects biologiques (potentiel addictogène du produit, éventuel antécédent génétique), aux aspects sociologiques (contexte, environnement familial, scolaire, etc. ) ainsi qu'aux aspects psychologiques (personnalité du sujet).

A titre d'exemple, et selon le modèle mécaniciste d'Aviel Goodman, psychiatre américain on décrit :

Termes associés

Exemples

Voici une liste non exhaustive des substances addictives :

Bibliographie

• George Koob, Michel Le MOAL, "Neurobiology of Addiction, Academic Press, 2005

Notes et références

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Google Images :



"laptop-addiction.jpg"

L'image ci-contre est extraite du site upgradetravelbetter.com

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (420 x 315 - 43 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Addiction.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu