Affaire Ullmo

L'Affaire Ullmo est un scandale qui, entre l'affaire Dreyfus et la guerre de 1914, défraya la chronique dans la France entière et hors des frontières.



Catégories :

Crise politique - Troisième République - Espionnage - Consommation de psychotrope - Déporté - Condamné aux travaux forcés - Bagne de la Guyane française

L'Affaire Ullmo est un scandale qui, entre l'affaire Dreyfus et la guerre de 1914, défraya la chronique dans la France entière et hors des frontières. Il aboutit en 1908 à la restriction du commerce de l'opium en France.

Quelquefois reconnue à tort comme étant à mi chemin entre l'affaire Dreyfus et celle de Mata Hari, elle perdit rapidement toute intensité dramatique nationale pour se diminuer un drame individuel inscrit dans les mœurs d'une époque.


Intrigue

Jeune officier de Marine de confession Israélite, Charles Benjamin Ullmo avait de gros besoins d'argent. D'une part opiomane et particulièrement dépendant, il entretenait qui plus est , dans sa villa "Gléglé" à Toulon, une fort jolie femme, Marie Louise Welsch dite la "belle Lison". L'entretien de sa belle et son besoin de drogue étant particulièrement importants, Ullmo, le portefeuille vide, proposa d'aller dérober dans le coffre-fort du contre-torpilleur la "Carabine" à Toulon, d'importants documents : les codes confidentiels des signaux de la Marine, l'état de la flotte en Méditerranée, et la défense de Toulon.

Il put mettre en pratique son idée quand son supérieur, le commandant de la "Carabine" (un torpilleur), partit en permission en lui laissant le commandement. Ullmo put photographier les documents, puis essaya de les revendre à un agent allemand lors d'une permission en Belgique. La transaction ayant échoué, Ullmo envoya au ministre de la Marine, Gaston Thomson, une lettre anonyme lui proposant la restitution de ces photos contre un paiement de 150 000 francs, sans quoi les pièces seraient livrées à des agents étrangers.

Arrêté et poursuivi pour tentative de trahison, il fonda sa défense sur l'altération de sa personnalité par la drogue. Il fut dégradé sur la place saint-Roch à Toulon, et condamné à la détention perpétuelle. Ullmo passera les deux tiers de sa vie au bagne des îles du Salut où il occupe la case de Dreyfus à l'île du Diable. Là-bas, il se convertira à la religion catholique, et sombre dans le mysticisme. Après avoir été gracié par le président Albert Lebrun en 1933, il rentre en France, mais est déçu de ce qu'il y voit. Il repart définitivement pour Cayenne où il mourra le 21 septembre 1957.

Références et liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Ullmo.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu