Albert Hofmann

Albert Hofmann est un chimiste suisse. Il est surtout réputé pour avoir découvert le LSD. En 2001, il a reçu le titre de docteur honoris causa de l'Université de Genève.



Catégories :

Naissance dans le canton d'Argovie - Chimiste suisse - Centenaire - Consommation de psychotrope - Personnalité argovienne - Naissance en 1906 - Naissance à Baden - Décès en 2008

Albert Hofmann
Albert Hofmann à l'âge de cent ans en 2006.
Albert Hofmann à l'âge de cent ans en 2006.
Naissance 11 janvier 1906
Baden (Suisse)
Décès 29 avril 2008 à 102 ans
Burg im Leimental (Suisse)
Nationalité Suisse Suisse
Champs Chimie
Institution Entreprise Sandoz
Célèbre pour Découverte du LSD
Distinctions docteur honoris causa de l'Université de Genève

Albert Hofmann (né le 11 janvier 1906 à Baden en Argovie et mort le 29 avril 2008 à Burg im Leimental dans le canton de Bâle-Campagne) est un chimiste suisse. Il est surtout réputé pour avoir découvert le LSD. En 2001, il a reçu le titre de docteur honoris causa de l'Université de Genève[1].

Biographie

Albert Hofmann grandit dans une famille de quatre enfants dont il était l'ainé. Son père travaillait comme outilleur. Dans sa jeunesse, il termina en premier lieu un apprentissage dans le commerce, puis entreprit en 1925 des études de chimie à l'Université de Zurich et obtint son doctorat quatre ans plus tard avec les honneurs. Intéressé aussi par la biologie et la zoologie, il effectua des recherches sur la chitine, un des composants de l'exosquelette des crustacés et des insectes. Il travailla ensuite pendant plus de quarante ans pour l'entreprise Sandoz à Bâle, jusqu'à son départ en retraite en 1971. C'est en 1943 qu'il découvrit les effets hallucinogènes du LSD. Il passa la fin de sa vie à la Rittimatte au bord du Jura. À l'occasion de son centième anniversaire, un colloque fut organisé du 13 au 15 janvier 2006 à Bâle sur le thème "LSD - Enfant terrible et drogue miraculeuse". Il meurt à 102 ans à son domicile de Burg im Leimental, le 29 avril 2008. [2]

Travaux de recherche

Ergot de seigle et LSD

Dans le cadre de recherches pharmaceutiques portant sur l'ergot de seigle et avec pour objectif de développer un stimulant circulatoire, Hofmann synthétise en 1938 différents dérivés amides de l'acide lysergique, parmi lesquels le diéthylamide LSD-25 (le 25e de cette série). Lors des tests, la substance provoque chez les animaux un état d'agitation mais ne présente aucune propriété exploitable ou intéressante d'un point de vue pharmaceutique, et elle n'est par conséquent pas étudiée plus en détail. Néanmoins, en 1943, Hofmann décide de produire à nouveau du LSD. Tandis qu'il travaille à son laboratoire, il est soudainement pris d'un état d'agitation et de malaise qui le conduit à interrompre son travail ainsi qu'à rentrer chez lui à vélo. Une fois rentré, il a en fermant les yeux des visions intenses, kaléidoscopiques et colorées. L'expérience dure à peu près deux heures. Selon ses dires, il aurait pu absorber une petite quantité de substance en se frottant les yeux. [3]

Prise de LSD volontaire

Albert Hofmann en 1993.

Pour comprendre les causes de cette expérience insolite, Hofmann décide de tester la substance sur lui-même en utilisant ce qu'il estime être la plus petite dose indispensable pour produire un effet. Il consigne ensuite le déroulement des évènements de manière protocolaire[4] :

16 :20 Absorption de la substance.
17 :00 Début d'étourdissement, angoisse, troubles de la vue, paralysies, rires.
Retour en vélo à la maison. Crise la plus forte vers 18-20 heures, voir compte-rendu spécifique :
Ce n'est qu'avec énormément d'effort que je pus écrire les derniers mots. [... ] les modifications et les sensations étaient du même genre [que la veille], uniquement énormément plus prononcées. Je ne pouvais plus parler de manière intelligible qu'au prix d'efforts extrêmes, et demandai à ma laborantine, que j'avais mis au courant de l'expérience, de m'accompagner jusque chez moi. Rien que lors du trajet en vélo [... ] mon état prit des proportions inquiétantes. Tout ce qui entrait dans mon champ de vision oscillait et était déformé comme dans un miroir tordu. J'avais aussi le sentiment de ne pas avancer avec le vélo, tandis que mon assistante me raconta plus tard que nous roulions en fait particulièrement vite. [Arrivé à la maison, ] les étourdissements et la sensation de faiblesse étaient par moments si forts que je ne pouvais plus me tenir debout et était contraint de m'allonger sur un canapé. Mon environnement se transforma alors de manière angoissante. [... ] les objets familiers prirent des formes grotesques et le plus fréquemment menaçantes. Ils étaient empreints d'un mouvement constant, animés, comme mus par une agitation intérieure. La voisine [... ] n'était plus Madame R. mais une sorcière maléfique et sournoise au visage coloré, etc, etc.

Plus tard, vers la fin de l'intoxication :

Je commençai alors progressivement à apprécier ce jeu insolite de formes et de couleurs qui continuait derrière mes yeux fermés. Des formes fantasmagoriques et bariolées déferlaient sur moi en se transformant à la manière d'un kaléidoscope, s'ouvrant et se refermant en cercles et en spirales, jaillissant en fontaines de couleur, se réorganisant et se croisant, le tout en un flot constant. Je remarquai surtout la façon dont l'ensemble des perceptions acoustiques, telles que le bruit d'une poignée de porte ou celui d'une voiture passant devant la maison, se transformaient en sensations optiques. Chaque son produisait une image animée de forme et de couleur correspondante.

Par la suite, il s'est avéré que la dose choisie par Hofmann (environ 250 µg) représentait trois à cinq fois la dose reconnue actuellement comme normale. Le LSD fait partie des plus puissants hallucinogènes connus, comparé à la DMT ou à la psilocine par exemple. Plus tard après l'expérience, Hofmann résumera sa découverte fortuite en déclarant : "Le LSD est venu à moi"[5]. Son expérience a été baptisée "Jour du vélo" par les adeptes du LSD.

L'ergot de seigle a néanmoins trouvé une utilisation en médecine. En effet, il contient entre autres une substance tonifiante utilisée pour stimuler les contractions chez les femmes enceintes. Les dérivés de l'ergot sont aussi utilisées comme anti-migraineux pour leur action sur la circulation arterielle cérébrale.

Autres recherches

Hofmann a aussi effectué des recherches sur d'autres substances psychotropes telles que la psilocybine, les champignons contenant de la psilocine (appelés aussi teonanacatl ou champignons hallucinogènes), les graines de l'ipomée (contenant de la LSA), l'ololiuqui, mais aussi les salvinorines et la sauge des devins. Il a aussi isolé et synthétisé les substances actives d'importantes plantes médicinales afin d'en étudier les effets.

Prises de position

Tout au long de sa vie, Hofmann s'est prononcé en faveur d'une légalisation des substances psychédéliques comme le LSD pour la recherche scientifique. Optimiste, il a déclaré qu'un usage correct du LSD dans la culture populaire n'était qu'une question de temps. [6]

Dans les années 1960 aux États-Unis, quand Timothy Leary encourage la consommation généralisée de LSD, il est violemment critiqué par Hofmann. Ce dernier déclare qu'il faut être prudent avec cette substance et qu'il ne s'agit pas d'une drogue récréative. Tandis qu'à cette époque la CIA administre, à des fins de recherche, plusieurs psychotropes dont du LSD à des sujets expérimentaux non informés (ce programme, nommé Projet MKULTRA, aurait entrainé au moins un décès), il qualifie cette façon de procéder de «criminelle»[7].

«Plus on regarde profondément au sein de la nature vivante, plus on se rend compte à quel point elle est merveilleuse. Je crois qu'on se sent alors en sécurité. On lui appartient, on peut la voir, on peut la vivre. La conscience est tout simplement le plus grand cadeau du Créateur aux hommes ; le fait d'avoir une conscience et de pouvoir prendre conscience de notre création - et de ne pas uniquement traverser aveuglément le Paradis.»

Notes et références

  1. «Albert Hofmann et Steve Myers honorés par l'Université de Genève», Bulletin du CERN, no25/2001, 18 juin 2001
  2. LSD-Entdecker Albert Hofmann 102-jährig gestorben
  3. Interview avec le Dr. Stanislav Grof
  4. Wolfgang Schmidbauer & Jürgen vom Scheidt, Handbuch der Rauschdrogen, éditions S. Fischer, ISBN 3-596-13980-5
  5. Das LSD ist zu mir gekommen, Interview du tageszeitung à l'occasion du centième anniversaire, édition du 11 janvier 2006, [1]
  6. Hofmann's Potion, documentaire vidéo de Connie Littlefield sorti en 2002, [2]
  7. LSD, The Beyond Within, documentaire vidéo de Max Whitb diffusé en 1986 sur la BBC

Voir aussi

Bibliographie

Liens externes

Recherche sur Google Images :



"Albert Hofmann – le trip le"

L'image ci-contre est extraite du site slrl.wordpress.com

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (570 x 428 - 93 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Hofmann.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu