Buprénorphine

La buprénorphine est un médicament utilisé pour le traitement substitutif de la dépendance aux opiacés. C'est un agoniste partiel des opioïdes et antagoniste des récepteurs des opioïdes.



Catégories :

Produit chimique nocif - Principe actif - Analgésique - Opiacé - Traitement des addictions - Alcool (chimie) - Cycloalcène - Éther - Phénol - Dihydrofurane - Cyclopropane - Pipéridine

Buprénorphine
Structure de la buprénorphine
Structure de la buprénorphine
Général
Nom IUPAC (2S) -2-[ (-) - (5R, 6R, 7R, 14S) -9a-cyclopropylméthyl-4, 5-époxy-3-hydroxy-6-méthoxy-6, 14-éthanomorphinan-7-yl]-3, 3-diméthylbutan-2-ol
No CAS 52485-79-7
No EINECS 257-950-6
Code ATC N02Æ01 N07BC01
Apparence poudre cristalline
blanche à presque blanche
Propriétés chimiques
Formule brute C29H41NO4  [Isomères]
Masse molaire 467, 6401 gmol-1
C 74, 48 %, H 8, 84 %, N 3 %, O 13, 69 %,
pKa 8, 31 (25 °C)
Propriétés physiques
T° fusion 209 °C
Solubilité Très peu dans l'eau.
Facilement dans l'acétone
Sol dans le méthanol
Difficilement dans le cyclohexane
Précautions
Directive 67/548/EEC
Nocif
Xn
Phrases R : 22,
Écotoxicologie
DL50 31 mg/kg (rats, intra-veineuse)
90 mg/kg (souris i. p. )
Données pharmacocinétiques
Métabolisme hépatique
Demi-vie d'élim. 2 à 5 heures[1]
Excrétion bile et urine
Considérations thérapeutiques
Voie d'administration sublingal, IM, IV
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La buprénorphine (DCI) est un médicament utilisé pour le traitement substitutif de la dépendance aux opiacés. C'est un agoniste partiel des opioïdes et antagoniste des récepteurs des opioïdes.

En 2005, en France, on comptait 160 000 héroïnomanes dont la moitié suit un traitement de substitution aux opiacés (TSO).

Surnommée par les anglophones bupe, le médicament a en premier lieu été produit comme analgésique dans les années 1980. Cette substance est règlementée.

Pharmacologie

Formes pharmaceutiques

La buprénorphine existe sous forme de comprimé sublingual, qu'il faut laisser fondre sous la langue. Il existe quatre dosages : 0, 2 mg (Temgesic® utilisé comme antalgique) 0, 4, 2 et 8 mg (Subutex® utilisé comme traitement substitutif aux opiacés).

La buprénorphine existe depuis 2005 en générique. En 2008, de nouveaux dosages du médicament générique à 1, 4 et 6 mg sont venus enrichir la gamme thérapeutique.

Propriétés

La buprénorphine est un agoniste partiel des récepteurs μ : agoniste, c'est-à-dire qu'elle supprime l'effet de manque ; partiel, c'est-à-dire sans inconvénient sur le dispositif respiratoire et la saturation en oxygène (pas de risque théorique de dépression respiratoire dû à une surdose). La buprénorphine est aussi un antagoniste sur les récepteurs κ et δ.

Pharmacocinétique

Absorbée en min, pic plasmatique à 90 min. ½ vie courte : 2 à 5 heures[1]. Mais du fait de sa forte fixation aux récepteurs μ et de sa lente dissociation, l'effet pharmacologique d'une prise couvre à plus de 24 heures. Attention à l'effet de 1er passage hépatique si absorbée autrement que par voie sublinguale.

Effets secondaires

Les effets secondaires dépendent du seuil de tolérance, plus élevé chez les toxicomanes que dans la population générale. Les manifestations généralement observées sont :

Risques de décès si association avec l'alcool et/ou des benzodiazépines. Risques de syndrome de sevrage si prise après un agoniste complet (héroïne, méthadone). Tolérance sur l'effet antalgique par conséquent inefficacité des antalgiques opiacés mineurs.

En cas d'usage détourné par voie intraveineuse, la probabilité de présence d'abcès ou de gonflements des mains ou des avant-bras est deux fois plus élevée que chez les usagers s'injectant d'autres produits[3]. Outre les abcès et les œdèmes aux points d'injections, les autres risques sont : transmission d'agents pathogènes (hépatites, hiv), thromboses veineuses, ulcères nécrosants.

Usages thérapeutiques

Traitement de la douleur

La buprénorphine (Temgésic®) est une alternative aux traitements de la douleur quand les antalgiques de niveau I et II se révèlent inefficaces. Ce type de traitement est à proscrire chez les personnes opiodépendantes à cause de leur inefficacité, d'une part, et du risque de déclenchement d'un syndrome de sevrage, d'autre part.

Substitution à l'héroïne

Article détaillé : Traitement de substitution.

La buprénorphine haut dosage (Subutex®) est un substitut de synthèse aux opiacés ; elle supprime la majorité des symptômes liés au sevrage de l'héroïne et n'a pas, ou peu, d'effet psychotrope. Ce type de traitement sert à rompre avec le milieu de la drogue en remplaçant l'héroïne par le substitut puis en diminuant progressivement les doses sous surveillance médicale jusqu'à arrêt total.

Cette diminution progressive n'est d'ailleurs pas une fin en soi ni nécessairement souhaitable (exemple des patients présentant une comorbidité, par exemple un Double Diagnostic : trouble addictif + pathologie psychiatrique)  ; pour certaines personnes, la substitution est de durée indéfinie, ou alors à vie.

Les limites de ce traitement se rencontrent essentiellement dans les cas de longues addictions avec injections, on utilise alors la méthadone qui permet rarement un arrêt définitif mais évite les risques sanitaires liés à la consommation d'un produit illicite.

Usage détourné

Par usage détourné, il faut entendre toute utilisation de buprénorphine qui n'entre pas dans un programme de substitution dans un cadre thérapeutique.

La situation en France[3]

En 2003, il s'agit de l'opiacé le plus consommé par les toxicomanes et depuis 2001, il est apparu une population de primo-consommateurs de Subutex®[4] (usager qui consomme de la buprénorphine sans avoir consommé d'autres opiacés jusque là et qui passe fréquemment à l'héroïne ensuite). Cette population se composerait essentiellement de jeunes particulièrement précarisés, plus ou moins en situation d'errance et de personnes issues des pays d'Europe de l'Est . Les modes de consommation sont multiples : 63 % par voie orale, 46 % par injection et 24 % par inhalation.

Le produit utilisé pour un usage détourné s'obtient par prescription (22 %) et par le marché noir (53 %). Début 2006, Didier Jayle, le président de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie propose le classement du Subutex® sur la liste des stupéfiants pour lutter contre ce phénomène : «Nos voisins européens envient nos statistiques mais actuellement les trafics menacent le dispositif. L'État français risque de devenir le dealer européen du Subutex». Cette proposition vivement contestés par les acteurs de la réduction des risques ne sera pas appliquée[5].

Début mai 2007, à l'île Maurice — pays où le Subutex est reconnu comme une drogue — est arrêté un steward français d'Air France, en possession de 51 863 comprimés de ce médicament pour une valeur de 1, 2 million d'euros, ce qui relance la polémique en France. L'enquête aboutit rapidement à la mise en examen de 24 personnes impliquées dans ce trafic, dont six médecins et douze pharmaciens.

Association avec la naloxone

La Suboxone® est le nom d'une association (rapport 4/1) entre un agoniste partiel opiacé, le chlorhydrate de buprénorphine (Subutex®), et un antagoniste des récepteurs aux opiacés le chlorhydrate de naloxone (Narcan®). Administrée par voie sublinguale la naloxone ne modifie pas les propriétés pharmacologiques de la buprénorphine. Administrée par voie intra-veineuse la naloxone antagonise les effets de la buprénorphine, produisant un effet de manque. L'indication de ce traitement, reposant sur des arguments pharmacologiques, est la dissuasion des injections intra-veineuses de buprénorphine (usage détournée de la buprénorphine).
Bien que la naloxone sublinguale ne diminue pas l'efficacité de la buprénorphine, il existe toujours des inconnus sur l'intérêt de ce traitement[6] :

La Suboxone a une autorisation de mise sur le marché (AMM) aux États-Unis et en Europe.

Notes

  1. Résumé des caractéristiques du produit - AFSSAPS, 2006
  2. Revue Prescrire 2005, n°264
  3. Cinquième rapport national du système TREND[pdf], Phénomènes émergents liés aux drogues en 2003.
  4. selon le réseau Trend
  5. Le Subutex ne devrait pas être classé comme stupéfiant par Cécile Prieur, Le Monde, édition du 15 juillet 2006.
  6. Revue Prescrire, n°284 juin 2007
  7. une étude Finlandaise rapporte que 8 % des utilisateurs de l'association se l'injectent, ce qui semble voisin des pratiques observées en France avec la buprénorphine seule

Voir aussi

Liens externes


Opiacés

Recherche sur Google Images :



"buprenorphine"

L'image ci-contre est extraite du site opioids.com

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (322 x 334 - 11 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Bupr%C3%A9norphine.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu