Coca

La coca est une plante d'Amérique du Sud de la famille des Érythroxylacées. Elle joue un rôle important dans la culture andine, à travers ses utilisations rituelles ou médicinales.



Catégories :

Flore (nom vernaculaire) - Plante psychotrope - Erythroxylaceae

La coca est une plante d'Amérique du Sud de la famille des Érythroxylacées. Elle joue un rôle important dans la culture andine, à travers ses utilisations rituelles ou médicinales. La cocaïne est extraite de ses feuilles. Les dictionnaires sont partagés sur le genre du nom de l'arbuste mais s'entendent pour dénommer «la» coca la substance à mâcher qu'il apporte. Elle est nommée mama inala en langue Quechua.

Botanique

Erythroxylum coca

Si les premiers botanistes pensaient que l'ensemble des plantes de coca cultivées appartenaient à la même espèce, nous savons à présent que deux espèces ont été domestiquées : Erythroxylum coca Lam. et Erythroxylum novogranatense (Morris) Hieron. Ces deux espèces ont chacune deux variétés différentes : Erythroxylum coca Lam. var. coca, E. coca var. Ipuda Plowman, E. novogranatense (Morris) Hieron var. novogranatense, et E. novogranatense var. truxillense (Rusby) Plowman.

C'est un arbuste mesurant de 1, 5 à 4 mètres de haut. Les feuilles mesurent de 2, 5 à 7, 5 cm et sont vert-clair.

Écologie

Elle pousse à l'état sauvage dans la cordillère des Andes à des altitudes variant de 300 à 2 000 m. Erythroxylum coca Lam. et Erythroxylum novogranatense (Morris) Hieron affectionnent spécifiquement les sols acides et , comme l'ensemble des espèces du genre Erythroxylum, elles sont hétérostyles. Elle apprécie les climats humides d'une température moyenne de 20°C.

Propriétés pharmacologiques

La feuille est l'unique à contenir des alcaloïdes. Elle contient en tout 14 principes actifs aux propriétés pharmaceutiques intéressantes. Ces enzymes, polysaccharides et alcaloïdes représentent de 0, 2 % à 1, 3 %[1] de la composition de la feuille de coca. Parmi ses principes actifs on peut énumérer :

Usages

C'est un fondement culturel pour l'Amérique latine - surtout les hauts plateaux andins - où son usage remonte à près de 5 000 ans[2]. Du fait de ses différentes vertus, c'est une plante sacrée pour certains peuples amérindiens. Pour ces derniers, Mama Coca est la fille de Pachamama. Elle est ainsi utilisée habituellement de la Colombie jusqu'au Chili autant pour ses vertus stimulantes que dans le cadre de cérémonies religieuses, elle aurait même servi de taxe d'imposition[3].

Dans l'Empire inca, la coca issue de l'actuel Pérou (tupa coca) servait aux cérémonies religieuses ainsi qu'aux dignitaires tandis que la coca issue de l'actuelle Bolivie (muma coca) servait aux fonctionnaires ou alors au peuple[3].

Son usage est signalé par les conquérants espagnols dès le XVIe siècle qui en condamnent en premier lieu l'usage la qualifiant de «satanique» avant de l'encourager en en constatant l'efficacité en termes de rentabilité sur les travailleurs[3]. C'est Monardés de Séville, un naturaliste espagnol qui en ramène les premières feuilles en Europe en 1580 même si la plante ne sera vraiment connue sur le plan scientifique qu'au XVIIIe siècle[3].

Les modes de consommation respectant les traditions de la coca en Amérique du Sud sont :

La mastication peut aussi consister en une chique (llipta) d'une pâte masticatoire (aculli) qui est un mélange d'un alcali (cendres de pommes de terre, de bananes ou Chaux} et de feuilles de coca[3].

Elle est aussi utilisée pour extraire la cocaïne, l'un de ses alcaloïdes pour le revendre sur le marché des stupéfiants.

Aspects économiques et politiques

Hors d'Amérique latine, elle est en particulier utilisée pour la cocaïne. La coca est par conséquent connue à travers le monde pour son utilisation sous forme de drogue et les trafics qui en sont la conséquence. C'est à cause de cet usage que les États-Unis souhaitent éradiquer sa culture en Amérique latine. L'ONU a d'ailleurs demandé en mars 2008 aux gouvernements péruvien et bolivien d'interdire la production de coca, que ce soit pour l'usage respectant les traditions ou non.

Production

Après la découverte de la cocaïne dans la seconde moitié du XIXe siècle, les laboratoires pharmaceutiques hollandais et allemands stimulent la culture de coca en important d'importantes quantités de feuilles depuis le Pérou et la Bolivie[2].

Au début du XXe siècle, les Hollandais parviennent à adapter la plante dans l'île de Java qui devient pendant quelques années le premier producteur mondial. Les Japonais l'acclimateront à Taïwan pour leur part. C'est par conséquent la production asiatique qui alimente le premier boom de la consommation de cocaïne entre 1910 et 1940. Puis les conférences mondiales font appliquer des mesures d'interdiction poussant indirectement les pays andins dans une activité illicite qui sera centrale dans leur économie et dans leurs rapports avec les États-Unis[2].

C'est à partir des années 1960 que les pays andins développent vraiment leur production pour répondre au second boom de la consommation de cocaïne[2].

Au Pérou, la culture est autorisée dans le cadre d'un usage respectant les traditions.
En Bolivie, premier producteur mondial de coca, la culture est autorisée sur un territoire limité : les Yungas (vallées tropicales à l'est de la Paz) quoiqu'elle soit aussi beaucoup plantée dans le Chapare où elle est illégale.
En Colombie, par contre, la production de coca est complètement interdite.

Depuis les années 2000, la Colombie demande aux autochtones péruviens et boliviens de venir sur son territoire, afin d'acquérir les utilisations pharmaceutiques qui en sont faites dans leurs pays respectifs.

Pérou

Au Pérou, le président Belaunde Terry (élu en 1963) mise sur le développement de l'Amazonie et encourage les paysans à s'y installer. En 1968, il est renversé par un gouvernement militaire qui abandonne ce projet délaissant les colons tandis qu'au même moment les trafiquants américains viennent les solliciter[2].

Les politiques d'ajustement structurel portent un coup déterminant aux productions locales rendant la culture de la coca d'autant plus attrayante. [2]

Au début des années 1980, les projets de développement alternatif financés par les États-Unis n'aboutissent pas et la sévère répression du gouvernement facilitent l'installation de guérillas (Sentier lumineux, Mouvement révolutionnaire Tupac Amaru) qui protègent les paysans et subsisteront jusqu'au début des années 1990[2]. Dans les années 2000 le gouvernement cherche a promouvoir la consommation respectant les traditions face à la menace des mafias, surtout en cherchant de nouvelles utilisations comme la consommation en farine dans le pain ou en bouillie.

Bolivie

En Bolivie, le coup d'État du général Hugo Banzer est financé par la bourgeoisie rurale de Santa Cruz qu'il remerciera via diverses subventions gouvernementales qui serviront à développer la production de coca-cocaïne. Cette politique est poursuivie par le général Garcia Meza jusqu'en 1981 laissant un pays corrompu qui malgré les gouvernements démocratiques suivants n'arrive pas à enrayer l'expansion de la culture de coca[2].

Hugo Banzer accède de nouveau au pouvoir par les urnes en 1997 et lance cette fois de grandes campagnes d'éradication dont les bons résultats sont beaucoup attribués à la violente répression qui l'accompagne. Cette répression génère un mouvement populaire qui est à l'origine de l'élection d'Evo Morales[2], lequel tente une nouvelle politique de lutte antidrogue visant à réhabiliter l'usage respectant les traditions de la coca pour trouver des débouchés locaux à la production et détourner les paysans des trafiquants.

Le mercredi 11 mars 2009, le président bolivien, Evo Morales, a mâché une feuille de coca lors d'une réunion de la Commission des stupéfiants de l'ONU à Vienne. Il a ensuite demandé que cette plante soit retirée de la liste des stupéfiants interdit.

Colombie

Bien que bénéficiant d'une aura mondiale concernant cette culture, la Colombie produit néenmoins du cannabis jusque dans les années 1970 avant que cette production ne soit concurrencée par le Mexique et remplacée par la coca et gérée par les cartels (cartel de Medellin, cartel de Cali) [2].

Dans les années 1990, les campagnes antidrogue menées par les États-Unis privent les trafiquants colombiens des sources d'approvisionnement des pays voisins ce qui aboutit au développement de la culture locale. Cette culture facilite l'implantation de guérillas comme les FARC ou des groupes paramilitaires[2].

Argentine

En Argentine, la culture de la coca est interdite, mais sa consommation et son commerce sont autorisés.

Note et références

  1. Selon l'Institut suisse de prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanie. [1]
  2. Alain Labrousse, Géopolitique des drogues, Presses Universitaires de France, coll. «Que sais-je ?», 2004 (ISBN 2-13-054186-0)  
  3. Denis Richard, Jean-Louis Senon, Marc Valleur, Dictionnaire des drogues et des dépendances, Larousse, 2004 (ISBN 2-03-505431-1)  

Recherche sur Google Images :



"Les effets secondaires de Coca"

L'image ci-contre est extraite du site blogs.iscom.org

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (566 x 396 - 26 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Coca.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu