Drogue de viol

Le terme drogue de viol sert à désigner une utilisation spécifique de certains produits psychotropes visant à faire absorber le produit à une personne sans que celle-ci ne le sache pour ensuite abuser d'elle.



Catégories :

Consommation de psychotrope - Viol

Le terme drogue de viol sert à désigner une utilisation spécifique de certains produits psychotropes visant à faire absorber le produit à une personne sans que celle-ci ne le sache pour ensuite abuser d'elle (agressions sexuelles, viols, vols, violences). Ce procédé est fréquemment utilisé dans les cas de «viols commis par une connaissance» (acquaintance ("date") rape en anglais).

Ces produits sont aussi qualifié de «drogue des prédateurs» ou de «drogue du cambriolage sexuel parfait». [1]

Cet usage vise à se répandre et se rencontre dans l'ensemble des milieux (bars, rave party, free party, fêtes étudiantes, soirées, boîtes de nuit, etc. ). Certaines boîtes de nuit servent désormais les boissons avec un couvercle pour éviter ce genre de phénomènes.

L'ampleur de ce phénomène est difficilement évaluable puisque les victimes le déclarent rarement par manque de certitude ou par honte.

Historique

Ce terme a commencé à être utilisé au milieu des années 1990 pour désigner le GHB alias Fantasy mais cette utilisation des produits psychotropes, de l'alcool surtout, est bien antérieure.

Produits utilisés

Les produits psychotropes utilisés à cet usage appartiennent le plus souvent aux classes des dépresseurs, des sédatifs et des hypnotiques dont les plus connus sont le GHB ou Fantasy, le flunitrazépam (plus connu sous l'appellation commerciale Rohypnol), le Zolpidem[2] et quelquefois la kétamine.

Les produits utilisés à ces fins comportent certains points communs :

But

Les agressions liées à cet usage comportent toujours un élément de cœrcition puisque la victime n'est ni consciente, ni consentante, du fait des effets du produit qu'elle a involontairement ingéré. Ceci forme en droit pénal français un élément aggravant au délit lié à l'agression.

Note

  1. Michel Hautefeuille, Dan Véléa, Les drogues de synthèse, Presses Universitaires de France, coll. «Que sais-je ?», 2002 (ISBN 2-13-052059-6)  
  2. Drogue et viol avec e-sante. fr - page 1

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Drogue_de_viol.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu