DSM-IV

Le DSM-IV Diagnostic and Statistical Manual - Revision 4) est un outil de classification qui représente le résultat actuel des efforts poursuivis depuis une trentaine d'années aux États-Unis pour définir de plus en plus exactement les troubles mentaux.



Catégories :

Nosologie psychiatrique - Ouvrage en psychiatrie

Le DSM-IV ( (en) Diagnostic and Statistical Manual - Revision 4) est un outil de classification qui représente le résultat actuel des efforts poursuivis depuis une trentaine d'années aux États-Unis pour définir de plus en plus exactement les troubles mentaux.

Il a été publié par l'Association américaine de psychiatrie en 1994. Il s'agit de la 4e version du DSM.

Son approche est contestée par les psychiatres et psychologues cliniciens adeptes d'une psychopathologie raisonnée [1] [2].


L'approche adoptée par le DSM-IV vise à éliminer l'interprétation dans l'établissement du diagnostic. Pour y parvenir, des critères diagnostiques précis ont été définis par L'American psychiatric association. Quatre types de critères sont décrits :

  1. les caractéristiques descriptives du symptôme visé
  2. sa fréquence ou sa durée
  3. l'âge auquel il est apparu
  4. des critères d'exclusion basés sur la présence d'autres diagnostics.

Un nombre minimum de symptômes est indispensable pour qu'un diagnostic soit porté. Pour certains diagnostics (par exemple la dépression), la présence de certains symptômes est obligatoire.

Le DSM-IV comporte cinq axes qui étudient respectivement :

  1. Axe I : les troubles cliniques
  2. Axe II : les troubles de la personnalité et le retard mental
  3. Axe III : affections médicales générales
  4. Axe IV : troubles psychosociaux et environnementaux
  5. Axe V : évaluation globale et fonctionnement

Une section est consacrée aux troubles généralement diagnostiqués pour la première fois au cours de la petite enfance, l'enfance ou l'adolescence. Les troubles qui peuvent débuter à tout âge (y compris chez les jeunes) sont décrits dans la section générale.

Le nombre minimum de symptômes par diagnostic, la fréquence et la durée des symptômes sont des données quantitatives. Dans une certaine mesure, elles intègrent au DSM-IV la notion dimensionnelle de déviation comparé à une norme.

À la différence de la classification dimensionnelle d'Achenbach ou des organisations psychologiques des classifications psychanalytiques, le DSM-IV individualise des entités diagnostiques qui sont souvent associées, comme par exemple les troubles anxieux et dépressifs. À cela correspond la notion de concomitance.

Le DSM-IV se veut athéorique et a, comme les versions antérieures du DSM, été adopté par un vote des membres de l'Association américaine de psychiatrie.

L'Axe 1 porte sur les troubles cliniques : troubles mentaux, troubles de l'humeur, troubles anxieux, consommation de substances, troubles psychotiques, etc.

Pour chacun des troubles, il y a un ensemble de critères, certains principaux et d'autres secondaires, et une liste de critères de durée.

Troubles généralement diagnostiqués au cours de la première enfance, la seconde enfance ou l'adolescence

Délirium, démence, trouble amnésique et autres troubles cognitifs

Troubles mentaux dus à une affection médicale générale

Schizophrénie et autres troubles psychotiques

  • Schizophrénie
  • Trouble schizophréniforme
  • Trouble délirant
  • Trouble psychotique bref
  • Trouble psychotique partagé
  • Trouble psychotique dû à une affection médicale générale
  • Trouble psychotique induit par une substance
  • Trouble psychotique NS.

Voir la catégorie

Voir la catégorie

Voir la catégorie

  • Hypocondrie
  • Peur d'une dysmorphie corporelle
  • Trouble somatoforme non spécifié

Troubles sexuels et troubles de l'identité sexuelle

Troubles des conduites alimentaires

  • Troubles primaires du sommeil
  • Trouble du sommeil lié à une affection médicale
  • Autres troubles du sommeil

Troubles du contrôle des impulsions non classés ailleurs

Voir la catégorie

  1. Tableau de symptômes dans les registres émotionnels et comportementaux, apparaissant dans les 3 mois suivant un (ou plusieurs) facteurs de stress identifiables.
  2. Ces symptômes * Altération significative du fonctionnement social, professionnel ou scolaire
  3. Les symptômes liés au stress ne peuvent pas être expliqués par un trouble spécifique de l'Axe I ou de l'Axe II ou à l'exacerbation de ces troubles.
  4. Les symptômes ne sont pas l'expression d'un deuil
  5. Une fois le facteur de stress disparu, les symptômes ne persistent pas au-delà de 6 mois.

Le trouble de l'adaptation peut se présenter avec anxiété, avec humeur dépressive, avec anxiété et humeur dépressive, avec perturbation des conduites, avec perturbation à la fois des conduites et des émotions, ou être non-spécifié.

Dans 2 cas sur 3, le trouble d'adaptation se manifeste suite à la naissance d'un problème de santé important, comme le cancer ou le diabète. Le reste du temps, le trouble de l'adaptation se présente chez des patients ayant généralement des antécédents de désordres psychiatriques ou des problèmes relationels ou financiers récurrents.

Ce trouble touche plus souvent les femmes, les personnes vivant seules et les plus jeunes (l'âge moyen se situe entre 20 et 30 ans). Chez les adultes, il se manifeste en particulier sous forme d'anxiété et d'altération de l'humeur, tandis qu'il se présente plutôt comme un changement de comportement chez les adolescents.

Il se règle généralement bien (dans 79% des cas chez les adultes). Le principal traitement offert est la psychothérapie de support, qui sert à revoir avec la personne affectée la signification du facteur de stress et les conséquences qu'il entraîne, pour ensuite lui permettre de mieux s'adapter à la situation. Si la personne atteinte souffre d'insomnie, on peut lui administrer un hypnotique (ex.  : zolpidem, 5-10mg au coucher) pendant quelques jours. Si elle souffre d'anxiété, elle peut bénéficier d'un traitement aux benzodiazépines (ex.  : Iorazepam, 0.5-2 mg deux fois par jour). Si le trouble d'adaptation évolue en trouble dépressif, les anti-dépresseurs sont alors indiqués.

  • Andreasen & Black, Introductory Textbook of Psychiatry - Fourth Edition, American Psychiatric Publishing, Inc.
  • Mini DSM-IV, Critères diagnostiques, Masson

Voir la catégorie

  • Retard mental léger
  • Retard mental moyen
  • Retard mental grave
  • Retard mental profond
  • Retard mental, sévérité non spécifiée
  • Passive, agressive

Troubles ou affections physiques associées (santé physique)

  • Néoplasmes
  • Maladies endocriniennes, nutritionnelles et métaboliques, et immunitaires
  • Maladies du sang et des organes hématopoïétiques
  • Maladies du dispositif nerveux et des organes des sens
  • Maladies de l'appareil circulatoire
  • Maladies de l'appareil respiratoire
  • Maladies de l'appareil digestif
  • Maladies des organes génito-urinaires
  • Complications de la grossesse, de l'accouchement et des suites de couches
  • Maladies de la peau et du tissu sous-cutané
  • Maladies du dispositif ostéo musculaire et du tissu conjonctif
  • Anomalies congénitales
  • Pathologies ayant leur origine dans la période périnatale
  • Symptômes et états morbides mal définis
  • Traumatismes et empoisonnement

Problèmes sociaux et environnementaux : cet axe sert à voir ce qui a pu se passer de grave (facteurs déclenchants, traumatismes, etc. ) dans la vie du sujet. Ce peut être par exemple une situation de stress spécifique, des difficultés socio-économiques.

  • Problèmes en relation avec le groupe de soutien principal
  • Problèmes liés à l'environnement social
  • Problèmes d'éducation
  • Problèmes professionnels
  • Problèmes de logement
  • Problèmes économiques
  • Problèmes d'accès aux services de santé
  • Problèmes en relation avec les institutions judiciaires / pénales
  • Autres problèmes psychosociaux et environnementaux

L'axe 5 porte sur l'évaluation globale du fonctionnement du sujet, et son adaptation générale. En plus des troubles que présente le sujet, il est important d'avoir une évaluation cognitive de la mémoire et du langage. A titre d'exemple, le spécialiste peut se poser la question : «Comment se passe la vie du patient ?» Ou encore : «Y a-t-il eu des événements identiques dans le passé ?» Son diagnostic tient compte des axes III et IV.

Tant à sa sortie qu'actuellement, l'orientation se voulant «athéorique» du DSM-IV a génèré des violentes polémiques tant en Europe qu'aux États-Unis. [3]

  1. Stuart Kirk et Herb Kutchins : Aimez-vous le DSM ?, Ed.  : Empecheurs Penser en Rond, 1998, Coll.  : Les empêcheurs de penser en rond, ISBN 2-84324-046-8
  2. Un article
  3. Christopher Lane, Comment la psychiatrie et l'industrie pharmaceutique ont médicalisés nos émotions, Flammarion, 2009, ISBN 2081212331

Recherche sur Google Images :



"Parent Directory · dsm.gif"

L'image ci-contre est extraite du site dohasn.com

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (274 x 274 - 3 ko - gif)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/DSM-IV.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu