Jean-Baptiste de Montyon

Jean-Baptiste Antoine Auget, baron de Montyon, est un économiste, né et décédé à Paris.



Catégories :

Naissance en 1733 - Décès en 1820 - Écrivain français du XVIIIe siècle - Écrivain français du XIXe siècle

Statue de Jean-Baptiste de Montyon à l'Institut de France

Jean-Baptiste Antoine Auget, baron de Montyon, est un économiste, né et décédé à Paris (1733-1820).

Sa vie

Après avoir été avocat au Châtelet en 1755, il devient maître des requêtes au conseil d'État, puis intendant de diverses provinces telles que Auvergne et Provence. Rappelé à Paris en 1775 pour devenir conseiller d'État, il fut appelé ensuite chancelier de Monsieur, frère du roi en 1780. Particulièrement fortuné, il crée à cette époque différents prix distribués par des sociétés savantes, surtout le Prix de vertu décerné par l'Académie française à des personnes méritantes, qui fut attribué pour la première fois en 1782. Il émigre au début de la Révolution et ne revient en France qu'en 1814 sous la Restauration. Quand il mourut, il laissa par testament à l'Institut de France les revenus d'un capital important conçus pour récompenser des œuvres ou des actions édifiantes : le prix de vertu, un prix littéraire et un prix scientifique, tous trois furent nommés prix Montyon.

Il est l'auteur de mémoires et études sur la société européenne et sur Michel de L'Hospital. Son nom est donné au palais de justice de Marseille, car il avait été intendant de Provence et avait participé sur ses propres deniers au financement de la Place Montyon sur laquelle a été édifiée ledit palais de justice..

Son œuvre littéraire

Le prix de vertu

Le prix de vertu est toujours décerné actuellement mais les sommes attribuées sont devenues extrêmement minimes, cependant, une des clauses du testament du fondateur exige que l'ensemble des ans, il soit fait «lecture d'un discours qui contiendra l'éloge d'un acte de vertu». Ainsi depuis 1819, un membre de l'Académie française se livre chaque année au délicat exercice consistant à faire l'éloge des lauréats vertueux et des vertus généralement, prétexte pour réfléchir aux mœurs de son temps. C'est par conséquent un tableau spécifiquement original de l'histoire des mœurs qu'on peut découvrir à travers les discours prononcés par François Guizot, Alexis de Tocqueville, Thierry Maulnier, Jean Guitton, François Mauriac ou Érik Orsenna.

Bibliographie

2006 François Morvan Le Prix de vertu. Deux siècle d'éloges à l'Académie française (1822-2003) . Éditions Klincksieck. 368 p.

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_de_Montyon.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu