Khun Sa

Chang Chi-fu, plus connu sous le nom de guerre de Khun Sa, est un seigneur de la guerre birman. Il était surnommé le "Roi de l'Opium" ou le "Seigneur de la Mort" pour ses activités de trafic d'opium dans le triangle d'or.



Catégories :

Naissance en 1933 - Décès en 2007 - Trafic de stupéfiant - Personnalité birmane

Chang Chi-fu (en sinogrammes respectant les traditions ???[1] ; en pinyin Zhāng Qífú) (17 février 1933 - 26 octobre 2007) [2], plus connu sous le nom de guerre de Khun Sa, est un seigneur de la guerre birman. Il était surnommé le "Roi de l'Opium" ou le "Seigneur de la Mort" pour ses activités de trafic d'opium dans le triangle d'or. Il était aussi le chef de l'Armée Shan Unie.

Biographie

Khun Sa était de père sino-birman et de mère shan. Son pseudonyme veut dire "Prince Prospère". Dans sa jeunesse, il combattit les éléments du Kuomintang qui s'étaient infiltrés en Birmanie depuis le Yunnan après leur défaite contre les armées maoïstes (1949)  ; il eut finalement une petite armée de quelques centaines d'hommes sous ses ordres.

En 1963, il la transforma en Ka Kwe Ye, une milice locale loyale au gouvernement central, ce qui lui permit de recevoir de l'argent, des uniformes et des armes en échange de son combat contre les (autres) rebelles shan.

Lorsque son armée eut atteint 800 hommes, Khun Sa cessa de participer avec le gouvernement, prit le contrôle d'une large portion de l'État Shan et se lança dans la production d'opium à grande échelle. En 1967, il fut vaincu par des restes du Kuomintang et en 1969 capturé par le gouvernement central.

Il fut libéré en 1974 en échange de deux médecins russes kidnappés par son second. En 1976, il avait repris le trafic d'opium et installé une base en territoire thaïlandais, au village de Ban Hin Tæk. Il renomma son groupe "Armée Shan Unie" et embrassa la cause de l'autonomie shan contre le gouvernement birman. Il fut finalement expulsé par l'armée thaïlandaise et sa base détruite (1982).

En 1985, Khun Sa s'allia avec le "Conseil Révolutionnaire Tai" de Moh Heng. Cette alliance lui permit de gagner le contrôle de la frontière birmo-thaïlandaise entre Mæ Hong Son et Mæ Sai et de devenir une des principales figures du trafic d'opium dans le triangle d'or.

En 1989, Khun Sa fut inculpé par un tribunal de New York pour avoir essayé d'importer 1 000 tonnes d'héroïne. Il avait proposé aux USA d'acheter la totalité de sa production d'opium, de sorte qu'elle ne soit pas vendue sur le marché mondial.

Khun Sa se serait rendu aux Birmans en janvier 1996, sous condition qu'il ne serait pas livré aux États-Unis, qui avaient offerts deux million de pour sa capture. Khun Sa se rendit à Rangoon, et ne fut ni arrêté, ni extradé. Il passa le reste de ses jours dans la région, profitant de ses investissements dans la capitale, ainsi qu'à Mandalay et Taunggyi.

Décès

Khun Sa mourut le 26 ctobre 2007 à Rangoon, à 73 ans. La cause de sa mort est inconnue. On sait qu'il souffrait de diabète, d'une paralysie partielle et d'hypertension. [3], [4]

Chronologie

1937 - Mort de son père ; sa mère se remarie avec Khun Ji, chef de Mongtawm.

1939 - Mort de sa mère; Khun Sa va vivre avec son grand-père paternel Khun Yihsai (Zhang Chunwu), chef de Loimaw.

1960 - (6 janvier) Le colonel Maung Shwe, Commandant de la région orientale, lui propose de mettre sur pied une milice armée pro-birmane.

Drapeau de l'Armée de l'État Shan

1964 - (à partir du 15 juin) Il prend les armes contre le pouvoir central sous les ordres de Bo Deving, un héros de la bataille de Tangyan (1959)  ; il arrive à Ban Hintæk, dans la Province de Chiang Rai, puis rompt avec Bo Deving et rejoint la toute-nouvelle Armée de l'État Shan (SSA). Il repasse plus tard sur la feuille de paye de l'armée birmane.

1967 - "Guerre de l'Opium" contre les restes du Kuomintang dans le triangle d'or. Une caravane d'opium de Khun Son est capturée par le général Ouane Rattikone, commandant de l'armée laotienne (Khun Son affirme la lui avoir reprise ensuite).

1969 - (20 octobre) Khun Son est arrêté en envoyé à la prison de Mandalay ; ses troupes, menées par son chef d'état-major mandchou Zhang Xuchuan (Falang), prennent le nom d'Armée Unie du Pays Shan (SUA) et reprennent le combat.

1973 - (16 avril) Deux médecins russes en poste à Taunggyi sont retirés par un de leurs aides pour servir d'otages contre la libération de Khun Sa.

1974 - (7 septembre) Relâché, Khun Son est gardé "sous protection" à Mandalay par le Renseignement militaire.

1976 - (7 février) Évasion : Khun Sa regagne l'État Shan, puis Ban Hintæk.

1977 - (16 avril) Khun Sa rencontre Joseph Nellis, aide de Lester Wolff, Président du Comité du Congrès américain sur les Narcotiques, et lui présente un "Plan en six ans" pour mettre fin à la production d'opium. L'administration Carter refuse la proposition (18 juillet).

1982 - (21 janvier) Ses forces à Ban Hintæk sont attaquées par la police des Frontières Thaïlandaise, selon lui "payées par la DEA". Plus tard, Khun Son attaque et occupe Doilang, en face du district de Mæ Ai (province de Chiang Mai).

1985 - (3 mars) Khun Sa s'allie avec les généraux Gawnzerng et Zarm Mai pour former une nouvelle "Armée de l'État Shan" (SSA), qui devient ensuite l'"Armée Mong Tai" ; il est élu Vice-président du nouveau "Conseil Révolutionnaire Tai" (plus tard "Conseil Révolutionnaire de Restauration de l'État Shan")  ; il installe son quartier général à Homong, en face de Mæ Hong Son.

1991 - Après la mort de Gawnzerng (11 juillet), Khun Son est élu président du "Conseil Révolutionnaire de Restauration de l'État Shan".

1993 - (12 décembre) Il déclare formellement l'indépendance des territoires sous son contrôle.

1994 - Ses forces en déplacement sur le frontière sino-birmane sont attaquées et dispersées par l'armée régulière.

1995 - (6 juin) Le colonel Gunyawd se mutine pour former l'"Armée Nationale de l'État Shan" (SSNA)  ; le reste de l'"Armée Mong Tai" de Khun Son est simultanément attaqué par les Wa et l'armée birmane, et victime d'un blocus thaïlandais à la frontière.

1996 - (7 janvier) Khun Sa se rend à l'armée birmans. Il va vivre à Rangoon sous la protection du Renseignement militaire sur la base de Ye Kyi Aing.

2004 - Son allié le général Khin Nyunt est mis à la retraite ; Khun Sa s'installe à Rangoon même, toujours "sous protection"

2007 - (26 octobre) Décès à 06 :30 (heure locale). Crémation le 30 octobre au cimetière de Yeway, Okkalapa du Nord.

Références

  1. (zh) Khun Sa's Decline (?????) (en Simplified Chinese), China Central Television (2002-06-18). Consulté le 2006-12-02.
  2. Former Notorious Druglord Khun Sa Dies, Associated Press via Google News; retrieved 2007-10-30
  3. Notorious Asian drug lord is dead
  4. Asian drug warlord dies in Burma, BBC; retrieved 2007-10-30


Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Khun_Sa.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu