Méthadone

La méthadone est un opioïde analgésique synthétisé en 1937 par les Allemands Max Bockmühl et Gustav Ehrhart de chez I. G.



Catégories :

Produit chimique toxique - Amine - Cétone - Principe actif - Opiacé - Traitement des addictions

Méthadone
Méthadone
Général
Nom IUPAC (RS) -6- (diméthylamino) -
4, 4-diphényl-3-heptanone
No CAS 76-99-3 (racémique)
5653-80-5 (D) ou S (+)
125-58-6 (L) ou R (-)
Code ATC N07BC02 N02AC52
DrugBank APRD00485
PubChem 4095
SMILES
InChI
Apparence poudre cristalline blanche à blanchâtre
Propriétés chimiques
Formule brute C21H27NO  [Isomères]
Masse molaire 309, 4452 gmol-1
C 81, 51 %, H 8, 79 %, N 4, 53 %, O 5, 17 %,
Propriétés physiques
T° fusion 235, 0 °C
Solubilité 48, 5 mg/L eau (25 °C)
Précautions
Directive 67/548/EEC
Toxique
T
Phrases R : 25,
Phrases S : 45,
Écotoxicologie
DL50 86 mg/kg (rats, p. o. )
35 mg/kg (souris i. p. )
Données pharmacocinétiques
Biodisponibilité 40-80 (-92) %
Demi-vie d'élim. (13-) 24-36h
Considérations thérapeutiques
Voie d'administration orale, IV
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La méthadone est un opioïde analgésique synthétisé en 1937 par les Allemands Max Bockmühl et Gustav Ehrhart de chez I. G. Farben qui cherchaient un analgésique qui serait d'un emploi plus aisé au cours d'une intervention chirurgicale et ainsi d'avoir moins de potentiel d'addiction. La molécule de méthadone a un atome de carbone chiral - le C6 qui porte 4 substituants différents-, elle se présente par conséquent son forme de deux énantiomères :

qui sont séparables par leur pouvoir rotatoire opposé. Rien n'indique quelle est la forme utilisée en thérapeutique ou peut-être est-ce le racémique autrement dit le mélange 50 :50 des énantiomères.

La méthadone est utilisée depuis 1960 comme substitut des opiacés chez les consommateurs d'héroïne sous l'impulsion de Vincent Dole. Son utilisation est légale en France depuis 1995. Généralement, le mélange des isomères D et L est utilisé, ceci quoique l'activité recherchée soit due presque entièrement à la forme L. Comme analgésique narcotique, la méthadone est utilisée pour soulager des douleurs sévères.

Absorption

La méthadone est rapidement absorbée au niveau du tractus gastro-intestinal et les premiers effets analgésiques apparaissent après 30 à 60 minutes. La durée d'action est de six à huit heures. Lors d'une administration répétée, la durée d'action et la demi-vie (15 à 55 heures) augmentent aussi.

Le taux plasmatique thérapeutique de la méthadone est d'environ 100 à 400 microgrammes/L et le taux plasmatique toxique est d'environ 1000 à 2000 microgrammes/L.

Métabolisme

La méthadone est essentiellement métabolisée dans le foie par mono- et di-N-déméthylation, puis se transforme spontanément en une structure cyclique, d'une part en 2-éthylidène-1, 5-diméthyl-3, 3-diphénylpyrrolidine (EDDP, métabolite primaire de la méthadone) et d'autre part en 2-éthyl-5-méthyl-3, 3-diphénylpyrrolidine (EMDP, métabolite secondaire). La méthadone est aussi métabolisée par hydroxylation en méthadol, suivie d'une N-déméthylation en norméthadol. La méthadone, la EDDP et la EMDP subissent aussi une hydroxylation suivie d'une glucuroconjugaison. Les métabolites majeurs de la méthadone sont inactifs.

Dosage

Deux Flacons de chlorydrate de méthadone en sirop buvable.

De nombreux tests immunologiques permettent le dépistage rapide (30 secondes) de la méthadone dans l'urine jusque plusieurs jours (8 à 10) après la dernière administration. Généralement, les méthodes immunologiques de dépistage ne présentent pas de réaction croisées avec des substances de structures différentes. Cependant, selon la spécificité du test utilisé, le L-alpha-acéthylméthadol (LAAM), un analogue de la méthadone à longue durée d'action, et ses métabolites peuvent présenter une réaction croisée et donner des résultats faussement positifs.

La méthadone et ses métabolites sont rapidement extraits avec les techniques liquide-liquide ou SPE (solid phase extraction). La chromatographie sur couche mince et la chromatographie gazeuse peuvent aussi être utilisées.

Traitements de substitution

Article détaillé : Traitement de substitution.

Introduits aux États-Unis dans les années 1960 par Dole et Nyschwander[1], ils ont en premier lieu été utilisé pour de graves héroïnomanies, telles que pour des soldats de retour du Viêt-Nam.

Le traitement par méthadone vise la stabilisation du patient et la réduction des risques : les risques liés à l'injection de substances en intra-veineux ou la prise par voie nasale (surtout la contamination par le VIH et l'hépatite C), les risques de surdosage ou d'overdose, et les risques liés aux activités illégales menées en vue de se procurer l'héroïne (deal, prostitution).

La méthadone présente ainsi l'avantage d'être un opiacé de longue durée d'action, ce qui sert à prévenir la rechute de la consommation d'héroïne. Elle est prise par voie orale, sous forme de solution amère et non injectable, ou de gélules. Dans le cadre d'une utilisation médicale contrôlée, l'effet euphorique ressenti est moindre que dans la consommation de l'héroïne.

Le traitement de substitution sert à se donner le temps de traiter les problèmes de fond (psychologiques, sociaux... ) et de stabiliser le patient avant d'essayer de le diminuer et de l'arrêter. Dans l'ensemble des cas, un traitement de substitution n'est qu'un moyen qui accompagne une prise en charge plus globale sociale et psychologique. D'ou l'intérêt des centres spécialisés (CSST ou CSAPA).

Resté sujet de controverse du fait de son caractère accoutumant qui peut en faire un traitement à vie, avec de fortes oppositions entre autres en France, ce traitement doit son essor aux épidémies dues aux virus du SIDA, des hépatites C ou B, car il permet d'éviter les injections ou les blessures par les pailles de "snif" (pour priser) et par conséquent de limiter la diffusion des maladies. Ainsi, il y a une baisse notable du nombre de nouveaux cas de séroconversion pour le VIH chez les personnes sous traitement substitutif[2].

Note

  1. Dole VP, Nyswander MA, Medical treatment for diacetylmorphine (heroin) addiction : a clinical trial with methadone hydrochloride, JAMA. 1965;193 :646-650
  2. Metzger DS, Woody GE, McLellan AT et als. Human immunodeficiency virus seroconversion among intravenous drug users in and out of treatment : an 18 month prospective follow-up, J Acquir Immune Defic Syndr, 1993;6 :1049-1056

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Google Images :



"méthadone, donne, donne"

L'image ci-contre est extraite du site cereales.lapin.org

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (468 x 553 - 38 ko - gif)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thadone.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu