Méthamphétamine

La méthamphétamine est une drogue synthétique psycho-stimulante qui provoque une euphorie, une forte stimulation mentale et qui est hautement addictive quand prise au-delà des dosages médicinaux.



Catégories :

Produit chimique toxique - Amphétamine - Stimulant

Méthamphétamine
 Structure de la méthamphétamine
Methamphetamine-3d-CPK.png
Structure de la méthamphétamine
Général
Nom IUPAC (S) (+) -N-méthyl-1-phényl-
propane-2-amine
Synonymes
  • 2-Méthylamino-1-phénylpropane
  • Pervitine
  • Methedrine
  • Isophen
  • d-Desoxyephedrine
  • Anadrex
No CAS 537-46-2, 51-57-0 (HCl)
No EINECS 208-668-7, 200-106-9 (HCl)
Code ATC N06BA03
DrugBank DB01577
PubChem 10836
SMILES
InChI
Apparence Cristaux transparents
Propriétés chimiques
Formule brute C10H15N  [Isomères]
Masse molaire 149, 2328 gmol-1
C 80, 48 %, H 10, 13 %, N 9, 39 %,
pKa 9, 87[1]
Précautions
Directive 67/548/EEC
Toxique
T
Phrases R : 25,
Phrases S : 45,
Écotoxicologie
DL50 6, 3 mg·kg-1 (HCL, Souris, i. v. ) [2]
10, 93 mg·kg-1 (HCL, Rats, s. c. ) [2]
Données pharmacocinétiques
Métabolisme hépatique
Demi-vie d'élim. 4-12 heures
Excrétion rénale
Caractère psychotrope
Catégorie Stimulant
Mode de consommation
  • Inhalation : fumée
  • Ingestion
  • Injection
Autres appellations
  • Crystal meth, Crystal, Meth
  • Ice
  • Tina
  • Pervitin® (DE)
  • Desoxyn® (USA)
  • Pilule thaï
  • P (en Nouvelle-Zélande)
  • Strawberry Quick
  • Yaa baa, yaba, yaaba
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La méthamphétamine est une drogue synthétique psycho-stimulante qui provoque une euphorie, une forte stimulation mentale et qui est hautement addictive quand prise au-delà des dosages médicinaux.

Pure, elle se présente sous une forme solide, cristalline (d'où son appellation de crystal), incolore et inodore qui peut rappeler du verre cassé ou de la glace (d'où son appellation de ice) [3].

Aux États-Unis, elle est aussi nommée meth, crystal meth, crystal, ice ou encore Tina. En Thaïlande, c'est yaa baa, le «médicament qui rend fou» où elle est présentée sous forme de cachets colorés et sucrés. Elle et son dérivé hydrochloré ont d'autre part des particulièrement nombreuses appellations[4].

Elle a été commercialisée sous diverses formes dont le Desoxyn.

La forme hydrochlorée de la méthamphétamine est nommée Pervitin® ou pervitine.

Historique

La méthamphétamine a été synthétisée pour la première fois en 1919 au Japon par le chimiste Akira Ogata.

La forme HCl a été synthétisée et commercialisée dès 1938 par la société pharmaceutique allemande Temmler.

Comme les amphétamines, elle a beaucoup été utilisée sur les soldats lors de la Deuxième Guerre mondiale[3].

C'est l'une des drogues qui furent testées sur des araignées dès les années 1950. Celles qui y furent exposées, même à de faibles doses, produisirent des toiles particulièrement anormales[5], [6], [7], [8]. Plus la toxicité du produit est élevée, plus l'araignée laisse de trous dans sa toile[9].

Elle fut un temps commercialisée comme un médicament aux États-Unis, pour divers problèmes médicaux allant de l'obésité à la dépression. Mais depuis 1970, elle est classée comme stupéfiant.

La forme cristalline, par conséquent fumable, proviendrait d'Hawaii vers 1988 .

Sa consommation s'est développée en provenance de Corée et des Philippines sur la côte ouest des États-Unis vers 1985[3], puis la côte est , au cours des années 1990, à partir du milieu homosexuel.

André Agassi, le joueur de tennis, en a consommé en 1997[10].

Au début des années 2000, elle a fait son apparition sur le marché des drogues britanniques. Actuellement, elle est fabriquée à partir de divers médicaments. On la trouve souvent dans les anciens pays communistes d'Europe.

Usage militaire

La méthamphétamine a été fréquemment donnée aux troupes combattantes ainsi qu'aux pilotes en temps de guerre par leur gouvernement. Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, elle était d'usage chez la majorité des belligérants, surtout en Allemagne et chez ses alliés sous le nom de Pervitin.

Durant la Deuxième Guerre mondiale, l'armée allemande a distribué de la pervitine dans ses divisions à l'ensemble des niveaux[11]. Cette drogue de guerre aurait participé largement à l'efficacité de la blitzkrieg[12].

Chimie

La méthamphétamine est un produit chimique appartenant au groupe des amphétamines. Elle diffère de l'amphétamine par l'ajout d'un groupement méthyl. Cet ajout sur l'atome de carbone en α de l'amine le rend chiral et par conséquent la méthanphétamine consiste en deux énantiomères, R et S. Seul l'énantiomère S est utilisé comme drogue.

Synthèse

Méthamphétamine pure.

Les principaux précurseurs sont des décongestionnants nasaux vendus (avec des restrictions) en pharmacie : pseudoéphédrine, phénylpropanolamine (PPA) et éphédrine.

Ce produit pose des problèmes spécifiques dans les pays consommateurs car sa synthèse est assez aisée et peut être réalisée à partir de produits assez courants même s'ils sont de plus en plus contrôlés[13]. Il se développe ainsi de nombreux petits laboratoires indépendants[14] produisant de petites quantités.

Plusieurs méthodes de synthèse existent, mais les principaux produits secondaires utilisés sont : le phosphore rouge, l'iode, lithium, ammoniac anhydre, mais aussi des solvants, bases et acides (toluène, acide sulfurique, acide iodhydrique et chlorhydrique, soude et ammoniaque) entre autres.

La manipulation de ces produits chimiques reste malgré tout dangereuse, ce qui donna lieu à plusieurs accidents, aux USA surtout[15] (explosions et intoxications), des produits comme le phosphine, gaz particulièrement toxique peuvent se former lors de la réaction.

Un dérivé en est le 3, 4-méthylène-dioxy-méthylamphétamine ou MDMA, plus connu sous le nom d'ecstasy.

Usage détourné et récréatif

«Drogue de travail», elle a servi aux routiers pour rester éveillés pendant leurs longs trajets. Elle est aussi utilisée pour le dopage[16]. Elle est répertoriée par la convention sur les substances psychotropes de 1971.

En 2005, le Canada a augmenté la peine maximum pour la production et la distribution de méthamphétamines de 10 ans à la prison à vie, la plaçant au même rang que la cocaïne et l'héroïne.

Dans le milieu homosexuel aux États-Unis

À la fin du XXe siècle, la méthamphétamine est apparue dans les milieux homosexuels de la côte ouest des États-Unis, puis sur la côte est .

Selon les usagers, elle apporte un sentiment d'euphorie. Elle fait perdre toute inhibition surtout sexuelle.

Elle a par conséquent tendance à amener les consommateurs à oublier les règles de sécurité en matière sexuelle et avoir des rapports non protégés et répétés pendant cette période, prenant le risque d'infection par des maladies sexuellement transmissibles, dont le VIH. Selon les études du Friends Health Center de Hollywood (financé par l'American National Institute of Drug Abuse), la croissance de la consommation de crystal meth sur la Côte Ouest a correspondu avec une augmentation des infections et maladies sexuelles : de nombreux nouveaux malades étant des consommateurs de cette drogue.

À New York, un militant anti-Sida a financé une page de publicité contre les dangers de la méthamphétamine avec le slogan suivant, parodiant les promotions de supermarché : «Huge Sale ! Buy Crystal, Get HIV Free !» (en français : Grande Promotion ! Achetez du Crystal, recevez le VIH en cadeau !) [17].

Effets et conséquences

gélules et comprimés de Méthamphétamine, aussi connues sous le nom de yaa baa

Elle est le d'une façon plus générale fumée sous sa forme cristalline, et ingérée sous forme de pilules. Les usagers-injecteurs liquéfient les cristaux avec de l'eau pour pratiquer l'injection[3].

Les effets recherchés sont :

Les effets secondaires sont :

Les effets durent de 8 à 24 heures[3] et elle se fait toujours sentir dans le corps pendant au moins 3 jours.

L'usage prolongé et répété peut induire des troubles comportementaux (agressivité, troubles de l'adaptation), des épisodes psychotiques avec hallucinations et paranoïa[3].

À long terme, elle peut provoquer une dépression du dispositif immunitaire et de l'asthme. Comme l'ensemble des amines secondaires, elle est oxydée par le métabolisme en hydroxylamine, et facilite donc la production de monoxyde d'azote[18], responsable de la régulation de la mort des cellules du dispositif immunitaire[19], et fortement corrélé à l'asthme[20].

Un usage abusif et répété peut entraîner une dépendance[3]. Une dépendance psychologique apparaît rapidement et il n'est pas prouvé qu'une unique consommation peut créer une dépendance[21].

Aspects économiques

Selon un chercheur néo-zélandais, dix pour cent de la production mondiale proviendrait maintenant d'Australie et de Nouvelle-Zélande, même si la majorité de la méthamphétamine est toujours produite en Asie[22].

En Thaïlande

Au Myanmar selon les ouvrages de Pierre-Arnaud Chouvy, 800 millions de pilules de méthamphétamine ont été produites en 2002, dont une partie non négligeable est consommée en Asie du Sud-Est même. Et ce, pour des laboratoires qui ont dû être implantés vers 1993.

Cette production et le trafic qui en découle est localisé près de la frontière avec la Thaïlande qui subit les effets de la consommation parmi ses habitants.

Molécule voisine

Le yaba (yaaba, yaa baa) aussi nommé «médicament qui rend fou» (crazy medecine) est une méthamphétamine produite dans le Triangle d'or et particulièrement populaire en Orient[3].

En Thaïlande, il est produit par une milice ethnique alliée à la junte militaire birmane (Armée unie de l'État de Wa) [3].

Il se présente sous forme de comprimés colorés et sucrés. Il se consomme le plus souvent fumé dans une pipe.

Il provoque de violentes hallucinations et un effet d'éveil important (trois, quatre jours sans dormir) [3].

L'usage prolongé et répété peut induire des troubles comportementaux (agressivité), pulmonaires et rénaux ou alors une paranoïa[3].

Notes et références

  1. (en) ChemIDplus, «Methamphetamine - RN : 537-46-2» sur chem. sis. nlm. nih. gov, U. S. National Library of Medicine. Consulté le 23/07/2008.
  2. (en) ChemIDplus, «Methamphetamine hydrochloride - RN : 51-57-0» sur chem. sis. nlm. nih. gov, U. S. National Library of Medicine. Consulté le 23/07/2008.
  3. Michel Hautefeuille, Dan Véléa, Les drogues de synthèse, Presses Universitaires de France, coll. «Que sais-je ?», 2002 (ISBN 2-13-052059-6)  
  4. PubChem : SID271075
  5. From issue 1975 of New Scientist magazine, 29 April 1995, page 5
  6. Images de toiles faites par des araignées exposées à 3 toxines (marijuana, caféine, benzedrine)
  7. Peter N. Witt & Jerome S. Rovner, Spider Communication : Mechanisms and Ecological Significance, Princeton University Press -1982.
  8. Autres illustrations (toiles tissées par des araignées exposées à du LSD, de la mescaline, du hachich, de la caféine)
  9. Paul Hillard, spécialiste araignée au Natural History Museum de Londres : "It appears that one of the most telling measures of toxicity is a decrease, in comparison with a normal web, of the numbers of completed sides [of a web]; the greater the toxicity, the more sides the spider fails to complete"
  10. http ://www. cnn. com/2009/SPORT/10/28/tennis. agassi. crystal. meth/index. html
  11. SID 271075 PubChem Substance Page on Methamphetamine
  12. Source armée allemande
  13. Combat Methamphetamine Epidemic Act 2005 (Title VII of Public Law 109-177)
  14. Meth lab discovered in Stromsburg 08/11/04 - Grand Island Independent : News
  15. Cat. Inist
  16. Source dopage
  17. HX - The One and Only
  18. http ://www. iupac. org/publications/pac/2000/7206/pdf/7206desaiah_1001. pdf
  19. Contrasting effects of NO and peroxynitrites on HSP70 expression and apoptosis in human monocytes; Adrie C & al. Am J Physiol Cell Physiol 279 :452-460, 2000.
  20. Allergies
  21. Anne-Élyse Deguire, «Fiche de renseignements - La méthamphétamine», août 2005, Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies. Consulté le 12 janvier 2009
  22. Production d'ice : l'Australie et la Nouvelle-Zélande en tête dans la région, Tahiti Presse, 21/8/06

Voir aussi

Bibliographie

Lien externe



Phényléthylamines


Recherche sur Google Images :



"Methamphetamine"

L'image ci-contre est extraite du site heart-watch-blog.com

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (400 x 309 - 20 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thamph%C3%A9tamine.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu