Plante psychotrope

On utilise le plus souvent le terme de plante psychotrope, plante hallucinogène, ou plante de vision, pour décrire des plantes produisant des changements dans les domaines de la pensée, de la vision et/ou de l'humeur chez ceux qui les utilisent.



Catégories :

Plante psychotrope - Chamanisme

On utilise le plus souvent le terme de plante psychotrope, plante hallucinogène, ou plante de vision, pour décrire des plantes produisant des changements dans les domaines de la pensée, de la vision et/ou de l'humeur chez ceux qui les utilisent.

Ces termes servent le plus souvent à décrire les mêmes plantes mais changent selon le contexte, le terme de plante de vision sera utilisé pour désigner ces plantes dans le contexte du chamanisme à l'inverse les termes de plante psychotrope ou hallucinogène seront utilisés par la pharmacologie.

Ces plantes inhibent l'hémisphère cérébral gauche où siègent les fonctions épi-critiques et la rationalité et activent l'intuition, fonction de l'hémisphère cérébral droit.

Historique

L'usage des plantes psychotropes remonte à l'aube de l'humanité et elles ont toujours tenu une place importante dans l'idéologie et la pratique religieuse sur la totalité de la surface de la planète.

D'après les travaux de Robert Gordon Wasson et de W. La Barre, l'usage des plantes psychotropes remonte à au moins 15 000 ou 20 000 ans avant notre ère ainsi qu'à au moins 100 000 ans (première sépulture connue) pour Peter T. Furst qui considère comme obligatoirement contemporaines la pratique du chamanisme et la ritualisation de la mort.

Chimie

Les principes actifs de ces plantes peuvent être regroupés en deux groupes :

Ces principes actifs sont contenus en concentration variable dans la majorité des parties de la plante. Généralement, l'usage rituel privilégie une partie spécifique de la plante (variable selon les espèces).

Usage rituel

Dans le contexte du chamanisme, l'usage de ces plantes vise à la transe (état de conscience modifié) et ces plantes ne sont tandis qu'un élément appartenant à un rituel global incluant un cérémoniel précis fait surtout de diètes, de techniques rythmiques, etc. Dans ce contexte, ces plantes sont reconnues comme enthéogènes.

Ces plantes sont pour la majorité amères (présence d'alcaloïdes) et désagréables à la consommation, lorsqu'elle s ne provoquent pas la nausée, ce qui exclut une utilisation récréative. Énormément d'entre elles nécessitent une préparation préalable à la consommation.

L'auto-régulation est naturelle dans le travail avec les plantes : si c'est trop fort on vomit, on ne peut pas aller au-delà de ce que l'individu peut supporter.

Il y a malgré tout des dangers. Toute opération de modification de la conscience nécessite un contexte précis, un but précis, c'est-à-dire une intentionnalité claire. Il est bon qu'un guide-assistant soit présent et aide, le cas échéant, à revenir, sain, sauf, enrichi de ces visions.

Voir aussi

"La médecine psychédélique-Le pouvoir thérapeutique des hallucinogènes", Dr O. Chambon, 2009, Editions Les Arènes

Lien externe

Bibliographie

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Plante_psychotrope.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu