Prohibition

La Prohibition fait référence à plusieurs périodes de la première moitié du XXe siècle où la fabrication, le transport, l'importation, l'exportation et la vente de boisson alcoolisée étaient prohibés dans certains pays, comme ...



Catégories :

Histoire contemporaine des États-Unis - Entre-deux-guerres - Chicago Outfit - Prohibition - Législation sur l'alcool - Consommation de bière

Recherche sur Google Images :


Source image : moretimespace.wordpress.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • prohiber - Défendre, interdire. Il n'est guère d'usage qu'en style de Législation et de Police (source : fr.wiktionary)
Une descente de police à Elk Lake, Ontario en 1925.

La Prohibition fait référence à plusieurs périodes de la première moitié du XXe siècle où la fabrication, le transport, l'importation, l'exportation et la vente de boisson alcoolisée étaient prohibés dans certains pays, comme :

Autres sens de «prohibition»

Lexicologiquement, la prohibition de quelque chose veut dire l'interdiction de sa présence ou de son usage. Ceci n'est pas forcément le fait des lois ou d'un gouvernement, comme les écoles qui peuvent par exemple prohiber le port des jupes courtes, ou certaines religions prohibant l'usage de moyens contraceptifs.

En ce qui concerne l'alcool, le terme «prohibition» en jargon juridique, fait aussi référence aux autres lois interdisant la vente et la consommation d'alcool, surtout, des lois locales qui ont un effet semblable. Le 21e amendement, qui a annulé la prohibition nationale aux États-Unis, donne explicitement aux États le droit de limiter ou interdire l'achat et la vente d'alcool. Ceci a mené à une mosaïque de lois, par lesquelles l'alcool peut être légalement vendu dans certains lieux mais pas dans l'ensemble des villes ou l'ensemble des comtés d'un État.

Prohibition de l'alcool dans le monde

Canada

C'est la province de l'Île-du-Prince-Édouard qui fut la première à voter une loi en 1900 prohibant l'alcool et la dernière fut le Québec, en 1919, et pour à peine quelques semaines.

Les provinces ont ensuite abrogé ces lois au cours des années 1920. Le Québec fut la première province à retirer sa loi dès 1920, n'imposant la prohibition que sur la période 1919-1920, alors que celle de l'Île-du-Prince-Édouard fut la dernière à abroger sa loi de prohibition en 1948.

États-Unis

Aux États-Unis, la prohibition fut établie par le 18e amendement de la Constitution (ratifié le 29 janvier 1919) et par le Volstead Act (établi le 28 octobre 1919). La prohibition débuta dès le 16 janvier 1920, quand le 18e amendement prit effet. Le Volstead Act fut amendé afin d'autoriser les boissons peu alcoolisées comme les bières légères (ne titrant pas plus de 3, 2 % d'alcool, 4 % en volume) grâce au Blaine Act du 17 février 1933. Le 18e amendement a été retiré au cours de la même année par la ratification du 21e amendement de la Constitution.

Genèse

La prohibition de l'alcool fut soutenue par les pasteurs, qui voulaient moraliser la vie des plus pauvres et par les femmes qui associaient alcoolisme et violences conjugales. Avant de devenir une loi, la Prohibition fut revendiquée par une partie du «mouvement pour la tempérance» (temperance movement), un mouvement actif aussi dans le Canada proche, qui souhaitait que l'alcool fût rendu illégal. Les premières Ligues de tempérance firent leur apparition à la fin XVIIIe siècle. Lyman Beecher, pasteur prebytérien du Connecticut, se mit à haranguer leurs concitoyens contre la consommation d'alcool en 1825. La Société Américaine de Tempérance fut constituée en 1826. Dès la première moitié du XIXe siècle : le Maine instaure la prohibition ; en 1855, 12 États avaient rejoint le Maine dans la prohibition totale. Il y avait alors les «États secs» (Dry States), les États sans prohibition étaient les «États humides» (Wet States). Dans les années 1870, les femmes organisèrent des manifestation devant les bars et les saloons. La WCTU fut créée en 1873 à Evanston, Illinois[1]. La WCTU s'intéressait aussi aux questions de société (travail, prostitution, santé publique et suffrage des femmes). Frances Willard, 2e présidente de la WCTU, milita pour l'émancipation des femmes, le droit de vote des femmes et la prohibition de l'alcool ; ses talents d'organisatrice et d'oratrice firent progresser la cause de la prohibition. Dès la fin des années 1880, l'association possédait des lobbyistes à Washington DC. En 1918, la WCTU compte quelque 250 000 membres. L'Anti-Saloon League of America (ASL, Ligue américaine contre les saloons) fut fondée en 1893. Sous la direction de Wayne Wheeler, elle a mobilisé la coalition religieuse pour faire passer des lois au niveau local et des États. En 1905, trois États américains avaient déjà interdit l'alcool. En 1912, le nombre de ces États passa à neuf, et en 1916, la prohibition faisait déjà partie de la législation dans 26 des 48 États composant les États-Unis.

La plupart des brasseries américaines étaient dirigées par des Allemands ou descendants d'Allemands. Le mouvement prohibitionniste fut encouragé par le sentiment anti-allemand au cours de la Première Guerre mondiale. L'alcool ne devait pas détourner les Américains de leur but, remporter la victoire. Le 22 décembre 1917, le 18e amendement à la Constitution fut proposé au Parlement ; il fut adopté en 1919 par 36 Etats. Il interdisait la fabrication, la vente et le transport des boissons qui contenaient plus de 0, 5 p. 100 d'alcool, à l'exception des breuvages médicaux, du vin pour la messe, des boissons préparées à la maison. La consommation d'alcool n'était pas interdite.

Dès la parution du Volstead Act, la forte demande des consommateurs américains ne resta pas sans réponse. L'existence d'un grand marché potentiel suscita l'intérêt au Canada voisin ainsi qu'en Europe. Le commerce d'exportation, idéalement légal, s'organisa à partir des "têtes de pont" que furent les grandes distilleries canadiennes, les possessions britanniques des Bermudes, des Bahamas et du Belize, mais également Saint-Pierre et Miquelon, cet archipel étant un territoire français où convergeaient les alcools canadiens, français et britanniques, avant d'être chargés sur les «rum runners» en vue d'être introduits sur le continent voisin.

Les conséquences de la Prohibition

Le 21 Club à New York : un speakeasy au cours de la Prohibition
Ordonnance médicale pour obtenir de l'alcool
Destruction d'alcool au cours de la Prohibition
Al Capone en 1931

Les forces de l'ordre furent chargées de détruire le matériel des distilleries ou brasseries, de contrôler les frontières.

Les effets de la prohibition furent inattendus : certains bars se reconvertirent dans les sodas ou les bières sans alcool. Les populations urbaines, surtout dans le Nord-Est du pays, résistèrent à l'interdiction de l'alcool : à New York par exemple, on comptait plusieurs dizaines de milliers de speakeasies. Les night clubs étaient les symboles des roaring twenties avec leurs fêtes et l'épanouissement du jazz. Les caves et les passages secrets souterrains comme ceux du 21 Club sur la 52e rue à New York furent aménagés. Les moonshines étaient des distilleries clandestines qui produisaient de l'alcool frelaté. En outre, on pouvait obtenir de l'alcool légalement par une ordonnance médicale (whisky médicinal).

On notera que dans les années 1890, l'éthanol était le premier carburant utilisé par les voitures. Cet alcool servait de carburant pour les engins agricoles, les locomotives et les voitures, que ce soit en Europe ou aux États-Unis. En 1919, La police de la prohibition détruisit les distillateurs d'alcool de maïs, qui servaient aux fermiers à produire à faible coût leur carburant d'éthanol. Les dépenses supplémentaires pour se procurer de l'éthanol carburant forcèrent les agriculteurs à se tourner vers le pétrole, qui était bon marché à l'époque.

La production d'alcool étant tombée dans des mains criminelles ou étant assurée par des fabricants clandestins échappant à tout contrôle, la qualité du produit final variait largement. Ainsi, de nombreux cas de buveurs souffrant de cécité ou subissant des lésions cérébrales graves furent répertoriés après l'ingestion d'un «bathtub gin» concocté à partir d'alcool industriel et autres poisons chimiques. Un incident resté dans les mémoires est lié au brevet médical (patent medicine ) du gingembre de Jamaïque (Jamaica ginger), plus connu par ses consommateurs sous le nom de «Jake ». Il possédait un très fort degré d'alcool et permettaient à ceux qui consommaient ce médicament de contourner l'interdiction de l'alcool. Le Département du Trésor américain exigea des modifications dans la formule de ce dernier pour le rendre imbuvable. Certains revendeurs de Jake, peu scrupuleux, altéraient leur produit avec un plastifiant industriel pour tenter de contourner les tests gouvernementaux. En conséquence, des dizaines de milliers de victimes ont souffert de paralysie des mains et pieds, fréquemment de manière permanente. La distillation amateur de liqueur n'était pas sans danger pour le producteur lui-même, le matériel de distillation trop primitif explosant quelquefois, provoquant incendies et ravages.

Énormément de notables et politiciens américains admettent posséder de l'alcool durant la prohibition. Le 21 Club de New York était fréquenté par le maire de la ville Jimmy Walker. Cette antinomie entre la législation et les pratiques fréquemment admises nourrit un mépris important et répandu de la population pour les autorités de l'État, ces dernières étant reconnues comme fort hypocrites. La satire prit de multiples formes, incluant de célèbres films comme ceux des Keystone Cops. Certaines personnalités d'exception trouveront grâce aux yeux de la population américaine. Ainsi, les activités d'Eliot Ness et de son équipe de choc composée d'agents du Trésor, surnommée «Les Incorruptibles» (The Untouchables en anglais). Une autre exception sera le duo Izzy Einstein et Mœ Smith, agents de la prohibition à New York, simplement surnommés «Izzy and Mœ». La presse américaine couvrira beaucoup les qualités de ces rares exemples de probité : l'honnêteté proverbiale de Ness, alliée à son talent pour les relations publiques, les méthodes plus excentriques et plus déguisées mais cependant hautement efficaces de Izzy and Mœ.

La prohibition apporte une opportunité alléchante pour le crime organisé de mettre sur pied des filières d'importations, des fabriques ou encore un réseau de distribution illégal de boissons alcoolisées aux États-Unis, surtout au travers des speakeasies. À Chicago, les Genna, famille d'origine sicilienne et Al Capone furent à la tête de ces trafics d'alcool, renforçant largement son empire criminel grâce aux profits des ventes illégales d'alcool. Eliot Ness s'opposera à Capone, dans un combat devenu légendaire. Il ne réussira cependant pas à faire tomber le criminel pour des méfaits graves (vente d'alcool ou meurtre), mais devra recourir à l'invocation des «privilèges indissociables au droit de la personne» pour faire tomber Al Capone sous le coup d'une loi fédérale, contournant les juridictions législatives (les juges corrompus protégeant Capone au niveau local). Ce dernier se verra imposer la peine maximale (10 ans) pour fraude fiscale. Au total, les lois de Prohibition furent peu appliquées. Il y eut plusieurs arrestations, mais peu de condamnations. Plusieurs facteurs expliquent cette inefficacité : en premier lieu les policiers et les juges étaient corrompus. Par la suite, l'Etat fédéral manquait de moyens pour appliquer la prohibition : les frontières des Etats-Unis sont en effet immenses.

Énormément de problèmes sociaux furent attribués à l'ère de la prohibition. Un marché noir de l'alcool, rentable et fréquemment violent, s'est épanoui. Le racket surgit lorsque de puissants gangs corrompirent les agences dont la mission était d'assurer la prohibition. Les boissons les plus alcoolisées gagnèrent en popularité car leur pouvoir éthylique les rendaient plus rentables pour faire de la contrebande. Faire respecter la prohibition eut un coût élevé, tout comme l'absence du revenu des taxes sur l'alcool (environ 500 millions de dollars américains chaque année pour la totalité du pays) a durement entamé les réserves financières de l'État américain.

La prohibition a eu un impact notable sur l'industrie de l'alcool au sens large au sein des États-Unis. Au moment où la loi fut abrogée, seule la moitié des brasseries d'avant la prohibition restaient toujours ouvertes. La majorité des petites brasseries furent éliminées pour de bon. Dans la mesure où seules les brasseries industrielles survécurent à la prohibition, la bière américaine en vint à être méprisée, cette dernière ne présentant aucun caractère, si ce n'est celui d'être un produit de consommation de masse. Les connaisseurs de la boisson se plaignent de la faible qualité tout autant que du manque de variété dans la production. Certains jugent qu'il fallut attendre les années 1980 pour considérer qu'un minimum de savoir-faire a été réacquis par les brasseurs américains. Fred Maytag est habituellement crédité pour le début du renouveau de la tradition du brassage de la bière aux États-Unis. C'est la révolution des microbrasseries qui sortit la brasserie américaine de son état de complète décadence.

La fin de la prohibition

Les opposants comme l'Association Against the Prohibition Amendment (AAPA, Association contre l'amendement de la prohibition) avancèrent plusieurs arguments : la limitation des libertés individuelles, l'inefficacité de la loi, le manque à gagner sur les taxes et l'augmentation du chômage, une question importante avec la crise économique des années 1930.

En avril 1933, le président Franklin Delano Roosevelt abrogea le Volstead Act qui définissait la prohibition, ce qui permit à l'État de lever de nouvelles taxes.

Lorsque la prohibition cessa, le crime organisé perdit une part importante de ses revenus liés au marché noir d'alcool, conséquence directe de la concurrence des boissons alcoolisées en vente libre à des prix modérés. Le crime organisé se recycla dans la vente d'autres drogues illégales, les jeux et la prostitution. D'un certain point de vue, la lutte contre les drogues modernes a été comparée à la prohibition. Ce dernier argument mais aussi la validité de l'ressemblance est cependant critiqué.

Après le retrait de la loi fédérale, certains États continuèrent à imposer la prohibition, comme l'Oklahoma, le Kansas et l'État du Mississippi qui étaient toujours «secs» en 1948. L'État du Mississippi, au sein duquel l'alcool fut rendu illégal dès 1907, fut le dernier État à procéder au retrait de la prohibition, en 1966.

La prohibition dans la culture populaire

La prohibition a inspiré un certain nombre d'œuvres de fiction, parmi lesquels :

Notes et références

  1. (en) About Evanston > History, 18-08-1961, City of Evanston. Consulté le 09-04-2009

Annexes

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Prohibition.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 04/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu